Petit dictionnaire pour mieux comprendre les cryptos-monnaies et les blockchains

in #blockchain2 months ago (edited)

image.png

Le monde des cryptos et des blockchains est fascinant. Probablement que cela influera fortement sur notre avenir.
Aussi, est-il important d'en maîtriser ses termes pour mieux comprendre de quoi il en retourne.

Dans cette optique, je vous offre ce récapitulatif de définitions que j'ai glanées de-ci, de-là au gré de mes différentes lectures.

En espérant que cela puisse vous être d'une quelconque utilité 😉.

Altcoin : Ce mot est la fusion des termes "alternative" et "bitcoin". On appelle ALTCOIN toutes les crypto-monnaies apparues après le Bitcoin.

ASIC : (Application Specific Integrated Circuit). Ce sont des puces informatiques puissantes créées dans un but spécifique et unique : le minage des crypto-monnaies.

ATH : All Time High : c'est le cours le plus haut obtenu par une crypto.

Atomic Swap : L'atomic swap est une technique permettant l'échange d'un coin ou d'un token contre un autre, sans passer par l'intermédiaire d'une plateforme d'échange.
Les atomic swaps utilisent la technologie des contrats intelligents pour sécuriser l'échange, et rembourser les participants si l'un d'eux ne respecte pas ses engagements.

Attaque à 51 % : Une attaque à 51 % se produit quand une seule entité contrôle la majorité de la puissance de calcul d'une blockchain fonctionnant sur le modèle de preuve de travail.
Celui qui mène cette attaque serait alors en mesure de réaliser une double dépense.

Bear run : Marché baissier.

Bitcoin : Le bitcoin a été la première crypto-monnaie. C'est une monnaie numérique décentralisée permettant des échanges de pair à pair. Elle a été développée en 2018 par une personne, ou un groupe, connu uniquement du pseudonyme de Satoshi Nakamoto.
Le bitcoin est divisible à la 8ème décimale que l'on nomme satoshi en hommage au créateur du bitcoin, Satoshi Nakamoto. Il est déflationniste (sa valeur augmente), car il n'y aura pas plus de 21 millions de BTC émis à échéance 2140.

A noter : le Bitcoin (avec un B majuscule) désigne la blockchain support.

Bitcoin Network : Il s'agit du réseau décentralisé peer-to-peer qui supporte la blockchain. C'est lui qui traite toutes les transactions Bitcoin.

Bitcoin Pizza Day : Le 22 Mai 2010, le développeur Laszlo Hanyecz s'est fait livrer 2 pizzas en échange de 10.000 bitcoins. Ce jour, qui est celui du premier achat d'un bien physique en bitcoins, est désormais connu comme le "Bitcoin Pizza day".

Bitcoin Protocol : Le protocole cryptographique Open Source, qui fonctionne sur le réseau Bitcoin, définit les «règles» de fonctionnement du réseau.

Bitcoin Transaction : Une transaction est un fichier qui dit : "Pierre donne X Bitcoin à Jeanne" et est signé par la clé privée de Pierre. Après signature, une transaction est diffusée dans le réseau, envoyée d'un "peer" à tous les autres "peer". La transaction est connue presque immédiatement par l'ensemble du réseau. Mais seulement après un certain temps, elle est confirmée.
Tant qu'une transaction n'est pas confirmée, elle est en attente et peut être falsifiée. Quand une transaction est confirmée, elle est irréversible.

Bloc : Un bloc est un ensemble de transactions. Pour qu'une transaction s'effectue, le bloc doit être validé par les nœuds de la blockchain.

Bloc de genèse : Il s'agit du premier bloc d'une blockchain. Ce bloc ne peut contenir aucune transaction mais il est possible d'y écrire tout type de données.
Le premier bloc de la blockchain Bitcoin a été miné le 3 janvier 2009 à 18h15.

Block Reward : Une forme de récompense pour le mineur qui a calculé avec succès le hachage dans un bloc pendant le mining de crypto-monnaies. La vérification des transactions sur la blockchain génère de nouveaux Coins dans le processus, et le mineur se voit reversé en récompense une partie de ceux-ci.
Le block Reward est composé du block Subsidy plus l’ensemble des frais (fees) .

Block Subsidy : (Subvention de block en français). Approximativement, toutes les 10 minutes, un nouveau bloc Bitcoin est créé, contenant de nouveaux bitcoins : c’est ce qu’on appelle communément le "Block Subsidy".
Depuis le 11 mai 2020, le block subsidy est de 6,25 BTC

Block Timestamp : Chaque bloc contient une Time stamp dans Unix. Ils aident à rendre plus difficile pour un hacker de manipuler la blockchain.

Blockchain : L’inventeur du Bitcoin et de la Blockchain est un inconnu mais cela serait attribué à un pseudonyme : Satoshi Nakamoto. La chaîne de blocs (en anglais blockchain) est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle (donc sans tiers de confiance).
C’est un registre de transactions décentralisé et distribué entre tous les utilisateurs, qui permet de sécuriser les échanges, cela a notamment donné naissance au Bitcoin qui utilise cette technologie.Cette décentralisation remet en cause le rôle des tiers de confiance traditionnels et notamment les plateformes intermédiaires (AirBnb, Booking, Uber, Blablacar, Ebay, Priceminister,…) qui constituent aujourd’hui le cœur de la révolution numérique.
On passe d'une économie verticale (top-down avec pouvoir centralisé) à une économie horizontale…
L’intérêt des banques pour cette technologie illustre aussi leur conscience du défi qui se présente : adopter cette nouvelle technologie, l’intégrer à leurs systèmes d’information, maîtriser les codes d’un dispositif reposant sur la transparence et la décentralisation, au contraire des organisations existantes. Leur implication et la maitrise du protocole d’échange et de la technologie Blockchain sont un moyen de conserver la maitrise des données et d’éviter la désintermédiation.

Blockchain privée : La sécurité, le contrôle et l’organisation des pouvoirs de décisions relèvent de l’organe central (une personne morale) investit de la gouvernance et qui engage sa responsabilité. L’ensemble de cette organisation doit être régi par des statuts et un règlement intérieur de fonctionnement.
On peut aussi parler de blockchain "hybride" ou "consortium" dans le cas où elle est contrôlée par un groupe.

Blockchain publique : C’est un registre (ledger) ouvert à tous (de telles blockchains sont dites permissionless). La blockchain est caractérisée par son ouverture totale : tout le monde peut y accéder, sans censure, et effectuer des transactions et tout le monde peut participer au processus de consensus. Il n’y a ni registre central ni tiers de confiance.

Bull run : Marché haussier.

Bulle spéculative : Une bulle spéculative se produit quand le prix d'un actif excède largement sa valeur réelle. Une hausse initiale du prix entraîne des anticipations de hausse future, ce qui attire de nouveaux investisseurs sur le marché.

Clé privée : Une clé privée permet à l’utilisateur d’une blockchain d’initier une transaction en signant son message.

Clé publique : Une clé publique sert d’adresse sur une blockchain. Accessible à tous, elle permet à un émetteur de s’adresser à un destinataire. L'on peut dire qu’une adresse correspond, en quelque sorte, à un numéro de compte (unique au monde) que vous pouvez trouver sur un RIB bancaire classique.
La clé publique ne permet pas de retrouver la clé privée qui en est à l'origine, c'est pour cette raison qu'elle peut être diffusée largement.

Cloud mining : Location d'une puissance de calcul pendant un certain temps.

Cold storage : Le moyen le plus sûr de stocker vos clés privées est de les conserver hors ligne dans un cold storage.
Il peut s'agir soit d'un hardware wallet ou d'un paper wallet. Ces wallets (portefeuilles) sont connus comme cold wallet ( littéralement portefeuilles à froid).

Consensus : Le consensus informatique dans le domaine des systèmes distribués est un moyen pour les nœuds (participants) de se mettre d’accord sur la validité d’une transaction et de mettre à jour le grand livre avec un ensemble cohérent de faits confirmés.

Cryptographie : La cryptographie consiste à crypter des messages à l'aide de clés de chiffrement. La majorité des crypto-monnaies reposent sur un système de cryptographie dite "asymétrique". Cette forme de cryptographie fonctionne avec une paire de clés, l'une privée et l'autre publique, liées entre elles par un algorithme à courbes elliptiques (ECDSA).

Crypto-monnaie : Monnaie électronique en pair à pair, basée sur les principes de la cryptographie pour valider les transactions et la génération de la monnaie elle-même. Le bitcoin est la première jamais créée et la plus célèbre de ces monnaies.
Contrairement aux monnaies étatiques, la crypto-monnaie n'est pas sécurisée par une institution mais par un système appelé la blockchain. De plus, il n'y a ni pièces ni billets pour procéder aux échanges, tout se passe en ligne.

Cypherpunks : Les cypherpunks sont un groupe informel de personnes qui agissent, depuis la fin des années 1980, pour préserver les libertés individuelles au moyen d'un système d'échange anonyme. Ils ont toujours estimé qu'il fallait protéger les données numériques du gouvernement et des entreprises.

DAO : Une DAO est un regroupement de smart contracts écrits dans une blockchain. Il s'agit donc d'une forme d'entreprise se voulant complètement autonome, transparente et décentralisée. Une DAO n'a aucune forme juridique, ni même de réalité physique, elle n'existe que par sa présence dans une blockchain.

DAPP : Une application décentralisée (DApp) est une application qui est open source, fonctionne de manière autonome, a ses données stockées sur une blockchain, est incitée sous la forme de Tokens cryptographiques et fonctionne sur un protocole qui montre une preuve de valeur.

Day-to-day Trading : Le day-to-day trading, littéralement "trading au jour le jour", est le fait d'essayer de faire des bénéfices sur de petits sauts de la bourse, sans prendre en compte la tendance générale du marché.

DeFi : Finance décentralisée. Elle reprend les différents concepts de la finance traditionnelle (prêts, emprunts, échanges, assurance, bourse, …) mais de pair à pair en remettant la confiance entre les mains de la blockchain via des algorithmes automatisés qui respectent des règles transparentes et prédéfinies.

Difficulté : Cela fait référence à la facilité avec laquelle un bloc de données d'informations de transaction peut être miné avec succès. Ce terme est utilisé dans le monde des mineurs de crypto-monnaies.

DLT : La DLT (distributed ledger technology) est une technologie de registre distribué. Cela signifie que le registre est simultanément enregistré et synchronisé sur un réseau d'ordinateurs. Il évolue par l'addition de nouvelles informations préalablement validées par l'entièreté du réseau et destinées à ne jamais être modifiées ou supprimées. Chaque membre du réseau possède en permanence la dernière version du registre distribué.

Double dépense : La double dépense est un problème spécifique aux monnaies numériques. C'est la situation dans laquelle un individu malveillant tente de dépenser deux fois une même somme d'argent.
La blockchain Bitcoin a permis de régler le problème de la double dépense sans avoir recours à un tiers de confiance.

Dump : Intervient après un "Pump" et consiste à vendre en masse les crypto-monnaies pour dégager d'importantes plus-values (objectif : faire vendre à bas coût --> vise les weak hands).

ERC-20 : Ethereum Request for Comments - Tokens standards échangés sur la blockchain Ethereum. Ces tokens (ou jetons), à l'inverse des ERC-721, sont fongibles entre eux.

Ethereum : Plateforme décentralisée basée sur une blockchain et conçue pour que ses utilisateurs puissent y négocier des «smart contracts» sur la base d’une cryptomonnaie dédiée, l’ether. Il s’agit du principal concurrent du bitcoin. Ethereum (créée en 2014 par Vitalik Buterin) vise à bâtir un Web où les intermédiaires entre les clients et les services qu’ils recherchent n’existent plus. Si je veux, par exemple, conclure un contrat numérique avec vous, pourquoi est-ce que j’aurais besoin d’un avocat pour cela ? Mettons-nous d’accord sur les modalités de ce contrat. Dans l’infrastructure d’Ethereum, celui-ci n’est pas modifiable ou falsifiable puisque sa sécurité est garantie par un protocole cryptographique. On s’économise des frais d’avocat tout en gagnant en sécurité. Cette idée peut s’appliquer à d’autres services comme les réseaux sociaux, les sites de financement participatif, eBay, Airbnb…

Exchange : Plateforme qui permet de trader entre une multitude de cryptomonnaies à faible coût (exemple : Kraken, Binance, Coinbase, Coinhouse,…).

FOMO : (Fear of Missing out). C'est la peur de manquer quelque chose d'important qui développe une certaine dépendance psychologique pour rester en ligne (notamment pour regarder l'évolution des cours).

Hachage : On nomme fonction de hachage une fonction particulière qui, à partir d'une donnée fournie en entrée, calcule une empreinte servant à identifier rapidement, bien qu'incomplètement, la donnée initiale. Les fonctions de hachage sont utilisées en informatique et en cryptographie. Le Bitcoin utilise l'algorithme SHA-256 (Secure Hash Algorithm) comme système de preuve de travail. La fonction SHA-256 est devenue en 2002 un standard fédéral de traitement de l'information, elle produit un haché de 256 bits.

Halving : Selon la politique monétaire codée au sein de Bitcoin, la quantité de nouveaux bitcoins émis par bloc doit réduire avec le temps, éventuellement se rapprochant de 0% en 2140 : c’est ce que l’on appelle le halving.
La récompense que touchent les mineurs pour chaque bloc miné est divisée par deux, approximativement tous les 4 ans. Ce processus permet de réduire l'offre de bitcoins sur le marché. Le 3ème halving bitcoin a eu lieu le 11 mai 2020 (le premier halving a eu lieu le 28 novembre 2012, le second le 9 juillet 2016).
La diminution des revenus générés par le halving a tendance à réduire la production, car le minage devient immédiatement beaucoup moins rentable, et il amène indirectement dans les semaines qui suivent à une pénurie progressive sur le marché. C'est cette pénurie qui cause une explosion des cours et le début d’un marché haussier. C’est généralement à ce moment que le prix du bitcoin s’envole.

Hard Fork : Modification des règles de consensus qui a pour effet de rendre les nouvelles règles incompatibles avec les précédentes (c'est le cas, à titre d'exemple, si l'on augmente la taille maximale des blocs minés).
Cet assouplissement du protocole peut (mais pas forcément) mener à un split de la monnaie (Exemple : Ethereum et Ethereum Classic) car tous les nœuds du réseau doivent se mettre à niveau.

Hashrate : C'est un indicateur quantitatif de la puissance de calcul d'une machine de minage.
La cryptomonnaie est la roche, le mineur celui qui tient la pioche et le hashrate définit la force qu'il faudra pour décrocher du minerai.

Hodl : C'est un terme qui définit le fait de détenir et de stocker des crypto-monnaies pendant une longue période.
Cette expression provient d'une faute d'un utilisateur sur le forum Bitcoin Talk. Celui-ci a écrit plusieurs fois HODL au lieu de Hold.

ICO : Initial Coins Offering. Elles permettent à de jeunes pousses, dont l'activité est basée sur une blockchain, de lever des fonds publics… sans avoir à ouvrir leur capital. Elles constituent pour certains un bon moyen pour diversifier leurs investissements en crypto-monnaies. Si elles sont plus risquées, les investisseurs espèrent obtenir des rendements importants. Concrètement, les fondateurs émettent des "jetons" (les tokens) sur un marché ouvert où ils se négocient généralement contre des crypto-devises (notamment l'Ether). Ces "jetons" représentent parfois un équivalent de parts de l'entreprise (voire de ses bénéfices futurs) ou, plus fréquemment, la monnaie virtuelle avec laquelle sera payée l'utilisation de la solution qu'elle développera.

Interopérabilité : C'est la capacité de communiquer des informations entre les différentes blockchains. Pour beaucoup, ce n'est que lorsque les différentes blockchains seront interopérables qu'elles pourront être adoptées par les entreprises et les institutions.

Lightning Network : Il s'agit de regrouper les micro-transactions hors de la blockchain, sur des "canaux". Ainsi, seule une transaction globale est propagée sur le réseau.
Cela permet de réaliser des transactions à des coûts très faibles, car étant faites hors blockchain principale.

Masternode : Essentiellement dans le cadre du PoS (Preuve d'enjeu). Il s'agit d'un serveur détenant un exemplaire complet de la blockchain et qui a pour mission d’apporter des fonctionnalités au protocole lors de la validation des transactions.

Mempool : (Memory Pool) Avant d'être regroupées dans un bloc, et validées par le réseau, les transactions sont mises en attente et stockées dans ce que l'on appelle un mempool, jusqu'à ce qu'elles soient captées par un mineur et insérées dans un bloc.

Minage / Mining : Processus qui consiste à résoudre un défi informatique. Si imposé par une proof of work, on parle de mineurs / Si imposé par une proof of stake, on parle de forgeurs.

Mineurs : Les mineurs (en référence aux chercheurs d'or) sont des particuliers ou des structures qui mettent la puissance du processeur de leurs ordinateurs au service de programmes de vérification et de validation des transactions. Les mineurs sont les noeuds chargés d'ajouter les blocs sur une blockchain.
Les mineurs de crypto-monnaies sont récompensés pour leur travail en tokens de cette monnaie.

Monnaies Fiat : Les monnaies Fiat sont les monnaies "classiques" utilisées tous les jours dans le monde (euro, dollar, yen, …). Elles sont dotées du cours légal, régulé par le gouvernement.

NFT : (Non-fungible token). Les tokens NFT, étant non-fongibles, ils ne sont pas échangeables contre d'autres tokens "simples". Le NFT est donc un jeton numérique stocké sur une blockchain possédant des caractéristiques qui lui sont propres.
Le 11/03/21, l'œuvre de l'artiste Beeple (The First 5.000 days) s'est vendue pour 69,3 millions de dollars sur le site de la plateforme de vente aux enchères Christie's. Ce NFT représente un collage de ses 5.000 œuvres, qu'il a créé tous les jours pendant 14 ans consécutifs.

Nœuds : (Participants). Ordinateur relié au réseau et doté d’un programme relayant les transactions.

Oracles : Ils interviennent lorsqu’il faut vérifier une condition externe à la Blockchain (exemple : vérifier qu’un colis a bien été reçu).

Proof of Stake : (Preuve d’enjeu ou de participation). L’utilisateur doit prouver la possession d’une certaine quantité de crypto-monnaie pour prétendre pouvoir valider des blocs supplémentaires dans la chaîne de blocs et pouvoir toucher la récompense, s’il y en a une, attribuée à l’addition de ces blocs.
Il existe de nombreux dérivés de cette preuve d'enjeu comme la "preuve de possession" (proof of hold), fondée sur la durée de possession, la "preuve d'utilisation" (proof of use), en fonction du volume de transactions, la "preuve d'importance" (proof of importance), reposant sur la réputation, ou encore la "preuve de destruction" (proof of burn) qui revient à détruire des cryptomonnaies pour obtenir la confiance du réseau.

Proof of work : (Preuve de travail, minage). Il s'agit d'une méthode d'ajout des blocs à la blockchain. Les utilisateurs doivent exécuter plusieurs fois les algorithmes de hachage ou calculer des puzzles mathématiques selon des algorithmes pour valider les transactions électroniques.
Pour valider un bloc, chaque noeud doit donc résoudre un problème cryptographique complexe dont le but est de trouver une "signature" à son bloc. Ce processus est appelé le "minage".

Pump : il s'agit de l'association d'un nombre significatif d’investisseurs (exemple : pools de mineurs) qui se mettent en commun pour faire grimper le prix d’une crypto-monnaie à une date précise. Puis, lorsque le groupe l’a décidé ils vendent tous en même temps (Dump) aboutissant à l'effondrement de la valeur visée. Le Pump sert donc à propager de fausses rumeurs afin de susciter des vagues d'achat sur un titre (généralement « obscur ») et profiter rapidement de la montée artificielle des cours ainsi provoquée pour réaliser une forte plus-value.
Il existe de gros pools de mineurs (principalement chinois) qui pratiquent le pump and dump sur les petites capitalisations en investissant massivement sur une shitcoin pour faire monter artificiellement le prix en chandelle et créer un buzz qui va attirer tous les gogos du net (phase pump) … et quand les gogos achètent au plus haut en croyant avoir trouvé la perle rare, ils vendent massivement et le prix retombe comme un soufflé (phase dump).

Récompenses de minage : Les mineurs de crypto-monnaies sont rémunérés pour leur travail par ce que l'on appelle une récompense de minage.
La récompense des mineurs de bitcoins diminue périodiquement au cours d'un événement appelé "halving".

Registres distribués : Les blockchains publiques sont des registres distribués : tous les membres du réseau disposent d'une copie du registre. Ce type de réseau fonctionne sans organe de contrôle. Chaque nœud valide et enregistre les transactions simultanément.

Réseau pair à pair : Un réseau pair à pair permet à deux utilisateurs d'échanger des informations sans avoir à utiliser un serveur central.
Les blockchains publiques comme Bitcoin ou Ethereum sont des réseaux pairs à pairs.

RSI : L'indicateur Relative Strenght Index permet de connaître l'état d'un indice. S'il est en survente c'est un potentiel signal d'achat et s'il est en surachat c'est un potentiel signal de vente.

Satoshi Nakamoto : C'est le pseudonyme utilisé par la personne, ou le groupe, qui a développé le protocole Bitcoin. Sa fortune est estimée à un million de bitcoins, mais ceux-ci n'ont jamais été utilisés, vendus ou transférés. L'identité de Satoshi Nakamoto reste inconnue à ce jour.

Scalabilité : La scalabilité désigne la capacité d'un système à croître pour répondre à l'augmentation de demande. La scalabilité d'une blockchain correspond aux mises à niveau qui lui permettent de traiter un plus grand nombre de transactions.

Scalping : Action consistant à effectuer des trades très courts de l'ordre de quelques secondes et ainsi jouer sur les variations faibles du marché.

SegWit : (Segregated Witness) : Amélioration du protocole Bitcoin permettant l’implémentation de nouvelles améliorations comme, par exemple, la rapidité et les coûts de transactions. Le SegWit permet de séparer les signatures de transactions du reste des données contenues dans chaque bloc, augmentant ainsi le nombre des transactions traitées.

SegWit2x : Activation du SegWit suivit de l’augmentation de la taille des blocs à 2MB. Il est supporté par les plus gros pools de minage, Coinbase, Bitpay et les autres compagnies de la DCG (Digital Currency Group).

Shitcoin : Coin ou token qui n'a aucun avenir à long terme.

Smart Contracts : Contrats intelligents qui sont des programmes autonomes exécutant automatiquement les termes d’un contrat, sans qu’une intervention humaine ne soit nécessaire après leur lancement.

Soft Fork : Modification des règles de consensus qui vise à les rendre plus strictes; la nouvelle version du protocole reste donc compatible avec les anciennes.

Stable Coin : Un stable coin est un type de crypto-monnaie dont la valeur est stable. Son cours peut être adossé à celui d'une monnaie fiat, comme le dollar, l'euro ou le yen, à celui de matières premières, comme le pétrole, ou encore à celui d'autres crypto-monnaies.

Staking : Le terme staking (littéralement "empiler") désigne le processus de rétention et de verrouillage de fonds dans un portefeuille crypto pour assister les opérations d'un réseau blockchain. Cela consiste essentiellement à bloquer une quantité d'une crypto-monnaie pour recevoir des récompenses à intervalle régulier.

Tiers de confiance : Un tiers de confiance est une entité, comme une banque ou un notaire, chargée de certifier des transactions pour le compte de tiers.
La blockchain permet de réaliser des transactions sécurisées sans avoir recours à ces intermédiaires.

Token : (jeton). C’est une unité de compte qui représente une forme d’actif, dont les caractéristiques sont entièrement programmables. On peut imaginer que cela représente un droit de vote, ou un droit futur à bénéfice, ou bien un moyen de paiement. Les possibilités sont à peu près infinies. Ces tokens sont émis par des sociétés afin de financer leur développement en proposant aux utilisateurs d’acheter ceux-ci pour bénéficier de certains droits ou privilèges sur la plateforme à venir. Tous les tokens ne se valent donc pas, mais tous se monnayent : étant donné que ces tokens sont considérés comme des actifs au sens financier du terme, ils peuvent être cédés, échangés ou achetés, notamment sur des plateformes d’échange dédiées. De fait, ceux-ci ont une valeur marchande et peuvent donc facilement être revendus.
Il est à noter que les "crypto coins" ont leur propre blockchain (c'est le cas notamment avec le bitcoin et l'ether), tandis que les tokens sont créés sur une blockchain existante (exemple : Tether).

Weak Hand : Personne vendant dès que le cours d’une monnaie baisse trop rapidement, en général sous le coup de la panique.

Whales : On entend souvent parler de "whales" dans l'écosystème blockchain. Ce terme fait référence à un individu qui dispose d'une très grande quantité de crypto-monnaie, et dont les trades peuvent affecter le cours du marché.

White paper : Il s'agit d'un document complet écrit par les porteurs d'un nouveau projet de blockchain ou de crypto-monnaie.
Il permet, entre autres, d'en développer l'intention, l'utilisation et de donner diverses informations techniques.